Acte II – Michael Jackson

Voici une affaire qui suscite grand débat du fait de la célébrité de l’auteur présumé, et qui pose cette question : Michael Jackson était-il à la fois ce génie musical et un homme capable d’abuser d’enfants, dont le plus jeune accusateur connu aurait eu 7 ans au début des abus ?

La réponse est dans le documentaire réalisé par Dan Reed en 2019, Leaving Neverland (les deux épisodes de ce film – chacun de deux heures – sont visibles sur vimeo, le 1er ici en français, le 2e actuellement introuvable, vu en anglais). Les témoignages des membres de la famille des victimes et des victimes elles-mêmes sont si riches d’enseignements que ces quatre heures constituent un document exceptionnel pour qui veut comprendre la clinique des abus commis par un sujet non symbolisant (voir cet article pour la définition) et le lien qui peut attacher les victimes à celui qui ne respecte pas les lois fondamentales d’une société humaine.

En préambule, je conseille au lecteur qui n’est pas prêt à entendre la vérité sur Jackson de s’abstenir de lire ce texte ou de regarder le documentaire de Dan Reed. Par respect pour les victimes. Et parce que certains passages du film sont insoutenables. Si le lecteur préfère garder une bonne image de Jackson, qu’il le fasse. Personne n’est obligé de se confronter à la maltraitance que certains membres de l’espèce humaine sont capables de faire subir à leurs propres congénères. Par contre, le lecteur qui veut savoir comment cela est possible, et à quel point le sujet de l’abus sexuel sur mineurs est mal compris et les actes mal interprétés, ressortira de cette analyse avec de nouvelles clés de compréhension.

J’évoque déjà les faits imputés au chanteur dans l’article précédemment cité et qui concerne la structure rose (pour les couleurs, voir l’Acte I).

Je souhaite dès lors ajouter dans le présent texte, spécialement consacré à cette affaire, quelques points qui méritent notre attention. Si je peux valider l’hypothèse de la culpabilité de Jackson, c’est d’abord parce que les victimes qui témoignent dans le document de Dan Reed sont parfaitement crédibles. Et que leur récit, ainsi que ceux de leurs proches, éclairent en tous points les mécanismes à l’oeuvre.

Il s’agit de deux hommes de structure bleue (structure névrotique, qui est la structure normale de l’être humain), intelligents, dont les récits évoquent une forte loyauté et un fort attachement à Michael Jackson. L’on est frappés par la dénégation, chez ces jeunes hommes, durant de si longues années, des abus subis. D’abord, il s’est agi pour ces victimes de comprendre qu’il y avait bien eu « abus », et qu’il ne pouvait s’agir d’une histoire d’amour qu’alors enfants ils auraient entretenue avec un homme de près de quarante ans. De plus, ils craignaient, en avouant avoir entretenu des relations sexuelles avec le chanteur, que ce dernier ainsi qu’eux-mêmes aillent en prison, comme Michael Jackson le leur avait prédit.

En effet, les deux témoignages concordent sur ce point : Jackson s’assurait le silence de ses victimes en leur faisant peur que non seulement sa vie mais aussi celle de ses victimes soit foutue. Il est même fort probable qu’il croie sincèrement dans le fait que les relations sexuelles entre un enfant qu’il aime et lui soit la façon adéquate de se montrer de l’amour. Selon le discours propre à la structure de l’auteur des abus, il n’était pas question de « faire du mal » à des enfants. Apparemment, il n’a pas exercé de contraintes autres. Il n’en avait pas besoin du fait de son aura.

Il semble en effet que les victimes n’aient pas, sur le moment, vécu ces relations sexuelles comme violentes. La clinique nous apprend que le sujet rose pense sincèrement ne pas faire de mal. Chez beaucoup de sujets qui appartiennent à cette économie psychique, la réalité des relations humaines, avec son cortège d’interdits bien connus des individus bleus (règles œdipiennes) est malléable et fonction des besoins propres.

Bien entendu, le fait que les relations sexuelles aient été menées sans violence ne signifie aucunement qu’elles n’ont pas eu d’impact traumatique. En effet, dans une économie psychique bleue, il est parfaitement interdit d’entretenir des relations sexuelles avec un enfant. Dès lors, il est très difficile pour les victimes de vivre avec cette ambivalence dans laquelle elles se sont trouvées d’éprouver de l’amour pour un être qui avait osé leur faire cela. Mais il semble que ce soit surtout dans l’après-coup (lorsque ces jeunes hommes ont réalisé, en grandissant, l’aspect inacceptable de la chose) que ces victimes ont le plus souffert des événements. D’autant que la jalousie apparaissait en eux à chaque fois que Michael Jackson s’entichait d’un autre enfant

La façon dont Michael Jackson est décrit, et les multiples éléments biographiques relatifs à la star, sont parfaitement compatibles avec la structure non symbolisante, soit l’une des deux structures psychiques en cause dans les abus sexuels sur mineurs (l’autre structure représentée dans ces situations est la structure verte). Par ailleurs, ce mode de structuration psychique comporte une facette toute particulière : un comportement qualifié fréquemment d’infantile ou d’immature. Ce sont des êtres démunis sur le plan psychique qui suscitent chez les sujets bleus, qui sont de véritables saint-bernards dans l’âme, surtout s’ils sont haut potentiel, une propension à les protéger.

Les mères des victimes, des femmes de structure bleue, sont également tombées dans ce travers avec la star : elles n’ont pas su protéger leur enfant parce qu’elles ont pris Michael pour l’un de leurs enfants, capables d’accueillir Michael comme un membre de la famille, répondre à ses appels tous les soirs lorsqu’il était éloigné de cette famille et lui faire sa lessive lorsqu’il venait à la maison.

Michael entretenait avec les familles de ses victimes une relation d’objet typique des roses, qualifiée d’anaclitique par certains auteurs psychanalytiques (cf. Jean Bergeret), donc d’appui sur l’autre pour supporter la vie et ne pas décompenser. Le rose établit une relation d’objet en mode « un seul être comble le besoin » (Michael n’avait pas d’amis), et donc il n’entretient pas un réseau social élargi comme le font le bleu et le vert : Michael compte sur ces enfants pour ne pas être seul et ne pas déprimer (comme Marilyn Monroe sur les hommes), et il sanglote avant le départ de Wade Robson (l’enfant australien) parce que la star restera seule à cette occasion. Michael semblait réellement à la recherche d’une famille dans laquelle il pourrait s’épanouir, comme un enfant orphelin. Mme Safechuck (la mère de James, l’enfant américain) l’a ressenti ainsi, mais il semble qu’avec le recul elle ne mesure pas à quel point il s’agissait réellement de cela. Que l’abus n’était pas le seul enjeu pour Michael Jackson. Ce qui est typique du rose, mais pas du vert. Le sujet vert abuseur sexuel d’enfants, lui, cherche sciemment un lieu où il pourra satisfaire ses besoins. Il y a clairement préméditation. Ce sont nos patients verts de prison qui nous le disent. Et les crimes de sang qu’ils commettent nous le montrent (voir l’Acte I à ce sujet).

Quant aux modus operandi des abus, ils coïncident entre les deux témoignages des victimes.

Comme autre signe clinique qui appuie mon hypothèse, Michael Jackson présentait des signes de persécution (il pensait qu’il faut se méfier des autres, surtout des femmes qui sont mauvaises, et il estimait que la vie ne serait pas telle qu’on le dit…). Ce signe clinique évoque la structure non symbolisante. Par ailleurs, les rôles sont confus : Michael s’adresse à James en l’appelant « son » et, à la fois, il mène une cérémonie de mariage pour se marier avec lui, dans leur chambre. Encore une façon de se comporter typique du rose et pas du vert.

Mais il faut comprendre que l’on se méprend toujours sur les intentions d’un sujet rose, lorsqu’on lit ses actes à partir de son propre point de vue (point de vue symbolisant). Pour exemple, au sujet de cette fameuse cérémonie de mariage, le réalisateur interprète manifestement l’acte de Jackson de manière erronée. Il dit, dans ce passage vidéo : « Ça c’était (…) d’une cruauté particulière », puisque James aurait vécu cela comme une promesse faite entre eux, mais qu’il fut finalement abandonné par le chanteur. En effet, cela aurait été cruel (dans le sens d’une intention de nuire) s’il y avait préméditation de la part de Jackson : donner, pour ensuite faire souffrir l’enfant en reprenant. Mais la star ne se situait pas dans cette économie psychique. Sa capacité imaginaire (Jackson se situe bien dans le registre de l’imaginaire et pas du symbolique, cf. Lacan) l’a fait inventer une cérémonie de mariage, ce qu’il a dû trouver chouette sur le moment, puis les événements ont suivi leur cours et la star s’est détachée de l’enfant. Mais il n’y a pas de lien entre les événements.

A mon sens, Dan Reed interprète faussement la manipulation de Jackson, même si cela ne remet pas en question le sentiment d’avoir été manipulé que les victimes peuvent venir opposer à de tels comportements. Un autre exemple (tiré de l’interview du réalisateur sur le site du webzine Glamour) :

Quelles responsabilités attribuez-vous aux familles des deux accusateurs ?

D.R : « Pour moi, les deux mères n’ont pas vendu leurs fils, mais elles ont été aveuglées par tout ce qu’était Michael Jackson, par son statut, son charme, sa manière d’être… Pour comprendre ces deux mamans, il suffit de regarder l’attitude des fans aujourd’hui. Ces deux mères, c’étaient des fans et elles ont complètement cru à l’histoire du chanteur. Elles ont voulu croire au mythe. Et tout les poussaient à le faire. Le mécanisme était bien rodé. Quand le rapport sexuel commençait, Michael Jackson savait que tout allait bien se passer, et c’est aussi parce qu’il ciblait les familles. Il choisissait celles qui avaient des failles ».

Dan Reed interprète donc la ruse chez Jackson, mais j’aimerais nuancer le propos puisque le sujet non symbolisant ne fonctionne pas de cette façon. Comme déjà mentionné plus haut, c’est davantage le comportement immature du chanteur qui a aveuglé ces mères. Il jouait avec leur fils comme un autre enfant l’aurait fait ! Et ce n’était pour se mettre l’enfant dans la poche, mais bien parce que sa psyché est immature.
Par ailleurs, je ne pense pas que Jackson visait sciemment certaines familles. Il était véritablement en amour (même si sa définition n’est pas la nôtre) avec ses victimes. Bien entendu, il a pu agir parce que les parents lui ont fait confiance. Les pères de ces garçons sont de structure rose (le père de Wade Robson a fini par être diagnostiqué bipolaire), ce qui ne fait évidemment pas automatiquement d’eux des abuseurs d’enfants (en effet, tous les sujets roses ne sont pas abuseurs et heureusement !). Néanmoins, ces pères se sont montrés proprement incapables de protéger leur fils : effet, quel père bleu aurait accepté que son fils mineur dorme toutes les nuits pendant des mois dans le lit de Jackson ? Les mères, elles, ont vu en Jackson un enfant démuni. Pas un prédateur.
Bien entendu, à la fin du documentaire, l’on est confrontés à l’immense sentiment de culpabilité des mères de ces garçons devenus des hommes.

Donc oui, bien entendu que Jackson peut avoir commis ces délits si l’on tient compte de sa structuration psychique. Et, au vu de la personnalité de ses victimes (crédibles), j’ai la conviction qu’il l’a fait. D’ailleurs, comment le public a-t-il fait pour ne pas comprendre son addiction aux garçons ? Il enchaînait les « partenaires de vie », des enfants, comme les images de ses tournées en attestent.

Ses fans ne peuvent l’accepter. Je les comprends. Mais ils ont tort.
La psychologie légale n’est pas l’affaire de tous. Même si chacun croit pouvoir donner son avis sur un sujet aussi complexe.

Hypothèses cliniques au sujet de cinq affaires criminelles – Acte I

La psychologie structurelle est l’outil indispensable à l’analyse et au traitement des affaires psycho-légales. Comme je l’ai déjà mentionné dans plusieurs écrits (articles sur la psycho structurelle, le profilage structuraliste, le passage à l’acte terroriste, la structure non symbolisante), il existe trois façons d’être au monde qui conditionnent de manière différentielle le type de passage à l’acte criminel et son sens. Dans le présent article, puis dans les suivants, j’évoquerai en plusieurs actes sept affaires criminelles dans le but de présenter, sans entrer dans tous les détails, la façon dont il s’agit de réfléchir sur le plan clinique pour aboutir à des hypothèses valables en terme de fonctionnement de personnalité. En un mot, pour comprendre qui a pu commettre le crime et pourquoi.

Dans l’Acte I, il s’agira de revenir sur les affaires Alexia Daval, Mary Jo Buttafuoco, Valérie Bary, Magali Delavaud et Meredith Kercher (les noms donnés sont ceux des victimes).

L’Acte II reviendra sur les allégations de pédophilie à l’encontre de Michael Jackson, et je m’appuierai sur l’indispensable documentaire Leaving Neverland réalisé par Dan Reed en 2019 pour illustrer la logique de tels abus lorsqu’ils sont commis par un individu non symbolisant (le terme est de moi, voir cet article pour un aperçu de la notion), ainsi que pour évoquer leur impact sur les victimes et leur famille.

Enfin, l’Acte III me verra donner ma conclusion relative à une énigme encore récemment en suspens pour moi : quelle est la couleur psychique de Bertrand Cantat et comment explique-t-elle la violence conjugale dont cet homme semble avoir fait preuve tout au long de sa vie amoureuse ?

Cette série d’articles profitera avant tout aux policiers, profilers, juges d’instruction, psychologues et psychiatres légaux ainsi qu’aux psycho-criminologues, mais également à toutes les personnes intéressées par les affaires criminelles et le comportement humain. Ma pratique clinique m’a montré que nombre de mes patients haut potentiel sont interpellés par ce type d’affaires. Je décèle également le haut potentiel chez de nombreux journalistes spécialisés dans le champ judiciaire. 

Je rappelle en préambule qu’ils existe trois couleurs psychiques que je définis précisément dans mon ouvrage à paraître (pour un aperçu rapide, voir le flyer de présentation des supervisions et formations que je propose aux professionnels du secteur). Dans le présent article, les génogrammes qui sont présentés en regard de chaque affaire font état de mes hypothèses relatives à la couleur psychique des individus qui les composent. Les raisons qui me poussent à diagnostiquer chaque individu sont clairement définissables mais toutes ne sont pas évoquées dans l’article. En effet, pour diagnostiquer une structure, il s’agit de tenir compte d’un faisceau d’indices, et pas de deux ou trois éléments.

Ma pratique clinique et mes recherches m’ont amenée à pouvoir, à l’heure actuelle, diagnostiquer les structures psychiques qui composent un génogramme dans une affaire familiale à partir d’une émission télévisuelle. En effet, les images et verbatim qui sont disponibles grâce à de telles émissions sont souvent suffisants. Il reste parfois des zones d’ombre, que je décline. Il est évident que la rencontre réelle avec les protagonistes et l’administration des outils de diagnostic de la personnalité restent le moyen le plus sûr de ne pas se tromper.

C’est en débutant ma carrière en prison, il y a vingt ans, que j’ai commencé à tenter de comprendre comment appréhender de manière précise la question de la structuration psychique d’un individu en lien avec son passage à l’acte. Depuis, je suis parvenue à dégager un modèle précis qui situe d’abord l’individu selon le type de rapport à la Loi qui est le sien. En effet, tel rapport diffère d’un être humain à un autre en fonction de sa couleur psychique.

Rapport à la Loi selon la couleur psychique

Il existe une multitude d’autres dimensions de l’existence au sujet desquelles les trois structures psychique diffèrent. Le flyer que j’ai édité, cité plus haut, donne un aperçu spécifique aux questions traitées dans le champ de la psychologie légale.

Affaire Daval

Prenons donc une première affaire, puisqu’elle est actuellement en cours de traitement par la justice française (la reconstitution vient d’avoir lieu, en présence des parents de la victime) : Alexia Daval est étranglée par son mari Jonathann au cours d’une dispute. Ce dernier dissimulera son corps en partie calciné sous des branchages dans un bois.

De mémoire, le documentaire qui m’a servi de base à l’analyse est celui de l’émission Chroniques criminelles (actuellement introuvable en ligne). Ce documentaire évoque également la deuxième affaire que j’analyserai, celle qui met en cause Amy Fisher dans une tentative d’homicide.

L’affaire Alexia Daval est très simple à analyser sur le plan clinique : Jonathann est rose (avant tout, c’est son immense fragilité psychique qui en atteste) et, selon mon hypothèse, Alexia est bleue. Alexia n’est pas rose, les photos d’elle en témoignent (oui, parce qu’il est possible de diagnostiquer la structure non symbolisante sur photos, je l’expliquerai dans mon ouvrage). Par ailleurs, il y a peu de chances qu’Alexia soit verte étant donné la personnalité de sa mère (la mère d’Alexia). Cette dernière est très présente dans les médias. Elle s’exprime régulièrement, ce qui permet de diagnostiquer une très probable structure bleue, qui plus est combative, facteur de protection pour sa descendance. Le père est moins présent mais il encadre son épouse. En premier hypothèse, je partirais du postulat qu’il est bleu également. Cette vidéo en ligne sur uTube est très intéressante à cet égard. On y voit Jonathann qui, comme face à toute situation qui rappelle les faits, est pris par l’émotion. Les roses émotifs n’ont pas de défenses contre l’effraction des pensées qui rappellent une douleur. Les parents d’Alexia montrent une plus grande capacité à se contenir.

Alexia Daval est donc tuée par son mari, manifestement au cours d’une dispute lors de laquelle il aurait été question de l’incapacité du couple à faire un enfant. Selon Jonathann, Alexia lui aurait reproché cela. Dans le documentaire, il est dit que des échanges électroniques attesteraient du fait que le couple se disputait à ce sujet, ou qu’Alexia le lui reprocherait. Il s’agirait néanmoins de vérifier quelle est la teneur exacte des échanges (ce qui, d’ailleurs, permettrait de vérifier mes hypothèses structurelles), pour savoir si effectivement Alexia reprochait à son mari le fait de ne pas pouvoir avoir d’enfant ou si elle lui en parlait plutôt avec déception. En effet, l’individu rose, ayant de grandes difficultés à prendre les responsabilités de la vie sur ses propres épaules (pour une question de structure, qui dépend d’une constitution neurobiologique spécifique), peut se sentir persécuté face à l’insatisfaction d’un conjoint. 

Après le crime, Jonathann va donc commencer par le maquiller pour nier les faits. Il fera ensuite des aveux, puis se rétractera, à deux reprises au moins. Il se présentera en compagnie des parents de la victime dans les événements sociaux liés au drame. Où il se montre effondré, accablé par la situation… ce qui choquera grandement une fois qu’il sera démasqué.

Le drame du rose, c’est l’image, et son enjeu, éviter les coups de bâton. Jonathann ne voulait pas décevoir sa mère. Bien entendu, tout individu est susceptible de vouloir cacher la vérité, pour des raisons liées à sa structure propre. À un moment donné, un individu qui est passé à l’acte criminel, si cet acte n’était pas prémédité, doit se déterminer au sujet de la suite à donner à son acte : cacher la tragédie ou se rendre et avouer. Beaucoup cachent la vérité, invoquant pour eux-mêmes des arguments supérieurs pour le faire. La victime ne pouvant ressusciter, peu sont ceux qui voient l’intérêt d’aller en prison. D’autant que très peu d’individus qui tuent sont issus de la structure psychique dont l’économie est basée sur le sentiment de culpabilité (la structure bleue), sentiment qui conduit à un besoin d’être puni.

Affaire Fisher-Buttafuoco

Deuxième affaire : Amy Fisher tente d’assassiner Mary Jo Buttafuoco, l’épouse de son amant. En effet, le problème de la femme rose, c’est qu’elle ne comprend pas la notion de maîtresse (la position de maîtresse est une position qui requiert la capacité d’ambivalence, absente chez les sujets de structure rose, cf. mon article « Au pied de la lettre » pour appréhender cette notion). Elle estime avoir de la chance d’être tombée sur cet homme et elle ne saisit pas que cette double vie convient bien à Buttafuoco et qu’il n’a pas l’intention de quitter sa femme et sa famille. En effet, l’homme vert ne présente pas les scrupules du bleu quand il s’agit de mener ladite double vie (ni d’ailleurs lorsqu’il est question de séduire et faire l’amour à une ado de 16 ans dans le cas de Buttafuoco).

Les amants Fisher et Buttafuoco s’exposent ensemble, des années après la tentative de meurtre, dans les médias américains. Cela répond à leur besoin narcissique. J’encourage le lecteur qui comprend l’anglais à s’intéresser aux visages, regards, attitudes corporelles et affectives et aux paroles des protagonistes (de multiples vidéos sont disponibles sur le web) : il se fera ainsi une idée de ce qui distingue les structures psychiques. Joey Buttafuoco a une grande gueule et se montre très narcissique. Quant à Amy Fisher, elle décrit les événements comme s’ils lui étaient tombés dessus et qu’elle n’en portait pas vraiment la responsabilité, ce qui est typique de la structure rose… mais sincère ! C’est bien ainsi que les sujets roses envisagent le monde : les événements se produisent à partir de ce qu’ils voient, et ils ne voient pas en eux-mêmes.

Affaire Bary

Évoquons à présent l’affaire Laurent Bary, présentée dans cette édition de Faites entrer l’accusé.

Laurent Bary a été condamné pour avoir tué sa femme Valérie à leur domicile en mars 2004. Il nie les faits. Il a simulé une scène de cambriolage peu crédible, qui questionne donc les enquêteurs, au motif qu’il aurait craint être accusé à tort du meurtre.

Plusieurs membres de la famille Bary prennent la parole dans le documentaire. Il est très clair pour moi que Chantal Bary, la mère de Laurent, est un sujet bleu qui n’est pas haut potentiel. Le fils de Bary, Kévin, est également un sujet bleu (probablement intense), ce qui semble être le cas également de Valérie, la victime. Tous les éléments penchent en faveur de cette configuration. Laurent Bary, quant à lui, est un sujet non symbolisant (rose). Il est assez rare que la seule analyse des photographies d’une personne permette de poser le diagnostic : pourtant, c’est le cas de Laurent Bary. Les autres éléments qui corroborent l’hypothèse (il s’agit en effet de toujours se baser sur un faisceau d’indices probants) sont décrits ci-après.

Bary a rencontré sa future épouse alors qu’il était brancardier dans la clinique dans laquelle ils travaillaient tous deux. C’est un ancien militaire passionné par les armes blanches. Valérie aurait été tuée à l’aide d’un couteau utilisé par son époux pour couper les volailles.

Laurent Bary s’était en effet installé à son compte pour élever des poulets. Son épouse l’aurait rejoint dans cette entreprise. Néanmoins, sur le plan financier, l’affaire ne prend pas comme prévu et le couple se retrouve avec près de 120’000 euros de crédits à rembourser. La situation est difficile, au point qu’à un certain moment Laurent Bary dort dans son camion et que Valérie cherche un appartement pour elle. Elle aurait eu le sentiment d’avoir tout sacrifié pour cette vie à la campagne alors que là n’était pas son souhait. Par ailleurs, des dissensions existent également au sujet des enfants.

Le génogramme décrit la situation familiale : quatre enfants, dont un enfant issu du couple ; les trois autres issus de l’union précédente de chaque parent. En particulier, pour une illustration parfaite de l’incapacité d’un sujet rose à appréhender correctement son rôle parental auprès d’un beau-fils, notons que Laurent Bary a trouvé pertinent de se rendre dans un poste de police pour porter plainte contre son beau-fils de douze ans, Thomas, pour propos diffamatoires. La policière en charge de la plainte a bien tenté de le dissuader et de lui proposer de privilégier des moyens éducatifs, mais il maintiendra sa demande de dépôt de plainte. Par ailleurs, il est fait état de brimades de la part de Laurent Bary à l’encontre de son beau-fils : il aurait lacéré ses baskets et volé ses livres scolaires.

Les enfants qui s’expriment dans le documentaire, soit Kévin et Laura, ne croient pas à la culpabilité de leur père. C’est également le cas de Chantal Bary, la mère du condamné. Elle dit : « Il aime trop ses gamins pour avoir fait une chose comme ça ». Sauf que ce type de passage à l’acte intervient comme une éruption non contrôlée et non préparée. Bien sûr, sans doute que Bary aurait préféré ne pas tuer son épouse, mais cela a été plus fort que lui.

Kévin estime que son père n’est pas quelqu’un de violent. Mais faut-il toujours l’avoir été pour commettre un tel crime ? Je pense à l’affaire Jean-Claude Romand (cet homme qui se faisait passer pour un médecin travaillant à l’OMS) qui n’avait pas non plus d’antécédents de violence mais qui a décimé l’ensemble de sa famille (et le chien). Et ceci, le psychiatre traitant qui a témoigné à la barre en faveur de Bary ne l’a pas compris. On ne s’improvise pas expert en matière de psychologie légale.

Pauvre Kévin qui ne veut pas entendre, parce que pour lui sans doute cela signifierait que son père est un monstre. Un monstre ou un malade ? Les gendarmes et les policiers le savent : s’il usent de la logique qui est la leur (propre), il ne résolvent pas les crimes. Les avocats et autres enquêteurs qui émettent des analyses basées sur « la façon dont on se comporte normalement », se trompent.
Le crime, c’est affaire de trouble psychique (structure rose) ou de conséquences de tels troubles (structure verte). La majorité des crimes de sang (hors terrorisme) sont le fait d’individus de structure rose.

Quelques éléments encore pour pouvoir bien cerner la personnalité du condamné : d’abord, il est question d’un homme qui aurait appris à utiliser les armes blanches au cours de sa carrière militaire. Sachez qu’il ne faut jamais laisser un individu de structure rose jouer à des jeux vidéo violents parce qu’il apprendra à tuer sans scrupules : il n’est pas capable de faire la différence entre le réel et l’imaginaire, et à prendre la distance nécessaire qui permet aux autres structures de jouer, de « faire semblant ».

À moment donné, le directeur d’enquête Claude Rousseau évoque le fait que Bary lui donne du « Mon adjudant ». Le journaliste pointe l’aspect « dur à cuire » de Laurent Bary. À mon sens, ce n’est pas cela qui se joue. Les structures psychotiques intelligentes présentent une élation narcissique et, chez eux, les règles de vie en société ne sont pas intégrées, ce qui fait que ces individus posent des actes qui sont à côté de la plaque mais que l’on prend pour des comportements de défi. Souvenez-vous que Jean-Claude Romand avait accueilli les experts psychiatres chargés de son évaluation en leur donnant du « Chers confrères » (alors qu’il n’avait jamais décroché son diplôme de médecin, pour rappel). 

A la lumière des éléments contenus dans le documentaire qui fait état de l’affaire, et des connaissances cliniques apportées par la psychologie structurelle, il est clair que Laurent Bary a le profil psychologique pour avoir commis ce crime dans des circonstances qui sont compatibles avec les éléments physiques du dossier.

Elisabeth Philiponet, Avocate générale à la Cour d’Assises de Besançon, a raison à mon sens lorsque qu’elle estime que Bary s’est sans doute persuadé de son innocence. C’est l’œuvre de ce mécanisme bien connu que l’on repère chez les individus psychotiques : le déni de la réalité. Je ne parle pas de la négation. Le sujet ne nie pas un fait connu de lui : au contraire, son cerveau a zappé l’info. J’ai vu le déni à l’œuvre très clairement lors du suivi que j’ai mené auprès d’un jeune délinquant sexuel de structure rose. Malgré ses efforts à relire avec moi le jugement des faits pour lesquels il était incarcéré, il s’est montré proprement incapable de s’en souvenir.

Bary convainc sa famille et d’autres protagonistes parce qu’il est convaincu lui-même de son innocence. C’est si typique, dans les affaires psycho-légales, de rencontrer ce tableau. En matière de protection des mineurs, c’est ainsi que les juges se fourvoient si fréquemment (pour un point sur cette question, exemple à l’appui, voir cet article).

Hypothèse conclusive : Bary aurait pu le faire et il semble bien que ce soit lui. Ce qui intrigue les enquêteurs et les journalistes, c’est le sang-froid dont il fait preuve. Laurent Bary possède à mon sens la même structure psychique que Jean-Claude Romand. Ces deux affaires ma rappellent un autre suivi que j’ai mené avec un homme qui avait failli tuer sa maîtresse avec une barre de fer. Au contact, ces personnalités sont très étranges. Pour une description clinique, lisez le grand Claude Balier sur la psychose froide. Pour un aperçu immédiat, regardez plusieurs photos de ces deux hommes sur Internet. Vous comprendrez peut-être de quoi je parle…

L’affaire Romand ne doit pas être confondue avec l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès, même si ce dernier est également accusé d’avoir tué les siens (femme et enfants ; pas ses parents comme l’a fait Romand). XDDL possède une structure verte. Et ce cher Monsieur a disparu dans la nature… Mon article consacré à Bertrand Cantat (Acte III) vous en apprendra davantage sur la structure verte.

A moins que nous puissions déjà nous pencher davantage sur le sujet avec le meurtrier de Magali Delavaud… Encore un conjoint qui tue sa compagne. Mais, cette fois, l’individu n’est pas de structure rose.

Affaire Magali Delavaud

En novembre 2014, Magali Delavaud est retrouvée morte dans sa voiture calcinée, dans un ravin. Après avoir tenté de dissimuler son acte, son compagnon Jérôme Faye passera aux aveux en expliquant qu’il l’a tuée lors d’une dispute au sujet de l’éducation de leur fils, dispute qui aurait dégénéré.

Le crime a été maquillé de façon bien organisée. L’individu est donc quelqu’un de bien organisé psychiquement. Jérôme Faye présente une bonne capacité intersubjective, capacité qui lui permet de valider son innocence et mettre les enquêteurs sur une fausse piste. Il utilise sa capacité intersubjective au point qu’il anticipe la découverte de l’existence de sa maîtresse par les enquêteurs en parlant à la famille de Magali d’une relation uniquement platonique avec cette femme.

Selon les informations données dans le documentaire, Jérôme aurait montré de la jalousie face au fait que Magali s’occupait davantage de leur enfant que de lui : c’est typique de la structure verte que de se sentir en compétition avec sa propre descendance et de confondre le soin donné par une mère à son enfant et celui donné par une femme à son conjoint. En outre, les proches de Magali sont d’accord pour dire que Jérôme pouvait rabaisser sa compagne en public : typique du vert également.

En garde à vue, acculé, Jérôme Faye avoue. Ainsi, avant cela, il avait nié les faits. Pas dénié : il a toujours su qu’il mentait.

Il a étouffé cette femme. Manifestement un crime non prémédité là aussi. Alors, une fois sa compagne morte, que faire ? Il dira aux enquêteurs qu’il a pensé à se tuer, mais en fait il est dès après la mort de la mère de son enfant en train de préparer un alibi en envoyant des SMS à la victime…

Coup de théâtre durant le procès : un problème somatique chez Magali serait la raison qui a précipité sa mort. Je doute qu’un homme bleu aurait accepté d’opposer cette défense à son ex belle-famille…

Jérôme Faye est condamné à 25 ans de réclusion criminelle pour  meurtre… Une lourde peine en comparaison à d’autres situations. En effet : il semble que Jérôme Faye soit condamné également pour sa capacité de ruse.

L’affaire Prevosto, dans laquelle un policier tue lui aussi sa femme, présente très probablement la même configuration sur le plan des couleurs psychiques (Jacques Prevosto est vert, Marie sa femme était bleue).

Amanda Knox

J’évoquerai enfin une dernière affaire, que je ne déclinerai pas dans le détail, et qui fait l’objet du documentaire Netflix sorti en 2016 Amanda Knox. Lors de son séjour en Italie, la colocataire d’Amanda Knox est assassinée et, du fait de son comportement jugé inadéquat au vu de la situation, Amanda passera pour la coupable idéale. Pas étonnant, puisque cette femme présente une structure rose. Ainsi : Amanda Knox aurait pu commettre le crime. Mais, manifestement, ce n’est pas elle qui l’a commis. Condamnée en 2009, elle sera définitivement acquittée en 2015.

Regardez l’interview du coupable présumé (qui ne reconnaît pas les faits) dans cette émission (la première partie est ici) qui est passée sur la Rai3 : c’est très intéressant… Si vous voulez vous coller à l’exercice, j’attends votre proposition diagnostique de Rudy Guede par mail (écrivez-moi via le formulaire de contact).

Par ailleurs, j’ai l’intention de me pencher sur l’analyse de personnalité des « amants diaboliques », Aurore Martin et Peter Uwe. Accusés du meurtre du mari de Madame. Quelque chose me dit qu’ils forment un couple mixte (en couleurs)…